Vaccin INFANRIX rappelé pour cause de contamination

Vaccin INFANRIX rappelé pour cause de contamination

Partout dans le monde, des milliers de doses de vaccins pour enfants « Infanrix Hexa » et «  IPV » ont été rappelées par leur fabricant, GlaxoSmithKline (GSK). En cause, la découverte d’une bactérie potentiellement dangereuse dans l’usine de production de Wavre. « Une … Lire la suite

Coiffeur + nounou pour le même prix s’il vous plaît

Coiffeur + nounou pour le même prix s’il vous plaît

Bébé est là, on l’aime, on le bichonne, on le cajole, oui mais nous, qui s’occupe de nous ? Qui prend soin de nous ? Qui nous cajole, nous, pauvres mamans fatiguées par ce nouveau rythme avec bébé ? Comment faire lorsqu’on est … Lire la suite

Mort subite du nourrisson et vaccin, témoignage

Mort subite du nourrisson et vaccin, témoignage

Sylvie Simon a rédigé un article mettant en corrélation la vaccination et la Mort Subite du Nourrisson. Est systématiquement mis en cause le vaccin contre l’hépatite B mais également celui contre la coqueluche. A ce sujet, elle rappelle qu’en France, … Lire la suite

L’accompagnement global : une femme, une sage-femme

L’accompagnement global à la naissance est une pratique du suivi de grossesse par une seule et même personne.

Il se pratique généralement une sage-femme, qui assure les consultations prénatales, la préparation à la naissance, l’accouchement et les soins post-partum de la mère et du nouveau-né.

La relation de confiance qui se noue petit à petit entre la femme enceinte et la sage-femme est la clef de voûte de cette pratique permettant un accouchement plus facile et plus naturel, nécessitant moins de gestes médicaux invasifs.

Cette relation de confiance passe par une grande disponibilité – les consultations peuvent facilement durer une heure – et une véritable écoute, sur tous les aspects de la naissance – physique, médical, émotionnel.

Le jour J, la sage-femme est entièrement disponible.

L’accompagnement global, pourquoi ?

Chaque enfant a été conçu différemment et de même, chaque accouchement sera différent.

Alors pourquoi aujourd’hui dans les hôpitaux, tous les parents, toutes les mamans et tous les bébés sont considérés de la même manière ?

Si nous considérons que la grossesse et la naissance est une situation normale de la vie d’une femme et que, sauf exception,  ces évènements se déroulent naturellement, nous pouvons alors envisager une naissance plus respectueuse de la mère et de l’enfant.

Les protocoles médicaux ne cessent d’augmenter et les intrusions évasives, pratiquées par précaution, également.

Ainsi nous retrouvons toute une série de gestes techniques plus ou moins utiles : touchers vaginaux toutes les heures, monitoring en continu, perfusion d’ocytocine, péridurale, épisiotomie, forceps, etc.

De nombreux travaux montrent que la plupart de ces interventions ne présentent pas d’avantages, et parfois même entraînent des conséquences négatives sur la santé de la mère et de son bébé.

De plus en plus de parents s’orientent naturellement vers une naissance plus respectueuse de leur intimité.

Un véritable soutien psychologique

L’accompagnement global à la naissance apparaît comme la solution idéale…

Un avis partagé par Lise Bartoli*, pour qui ce système permet un véritable soutien psychologique, essentiel durant la grossesse et l’accouchement, mais qui fait terriblement défaut aujourd’hui.

« Auparavant, la femme qui accouchait bénéficiait d’un « portage psychologique » grâce à sa mère, sa belle-mère, la sage-femme du village, etc. Aujourd’hui, la future mère arrive à la maternité où elle ne connaît parfois personne. »

L’accompagnement global pour qui ?

Pour pouvoir bénéficier d’un accompagnement global, la mère doit être en bonne santé et la grossesse physiologique, c’est-à-dire ne présentant pas de pathologie particulière telle que les présentation en siège, le diabète gestationnel, l’hypertension artérielle, la toxémie, etc.

Les grossesses gémellaires sont également considérées comme étant des grossesses « à risque ».

Il ne faut pas hésiter à en parler à la sage-femme libérale pratiquant l’accompagnement global. Elle seule pourra nous dire si nous pouvons bénéficier de ce type de service, incomparable, unique, merveilleux et inoubliable !

*Lise BARTOLI : psychologue clinicienne spécialisée en périnatalité, elle est l’auteure notamment de :

« Bien vivre votre maternité »

« Venir au monde : Les rites de l’enfantement sur les cinq continents »

« L’Art d’apaiser son enfant. Pour qu’il retrouve force et confiance en lui »

Pour aller plus loin : association nationale des sages-femmes libérales

La croissance des foetus, attention aux pesticides !

L’INSERM a mis en évidence que l’Atrazine, un pesticide interdit en France depuis 2003 était responsable des faibles poids de naissance et des petits périmètres crâniens des nouveaux-nés.

Bien qu’interdite, cette molécule est la plus présente dans l’eau potable…

Futures mamans, attention !

Retrouvez l’article au complet : pesticides et croissance des fœtus

 

Comment se préparer à avoir un enfant ?

1. Enfilez un peignoir et fixez-vous un sac rempli de haricots sur le ventre. Au terme des neuf mois, ôtez seulement 10% de son contenu, filez chez le pharmacien, videz votre portefeuille sur le comptoir et invitez-le à se servir. Ensuite, allez au supermarché et demandez que votre salaire soit automatiquement viré sur le compte du magasin.

2. Pour avoir un aperçu de vos futures soirées, arpentez le salon de 17 à 22H en portant un sac humide pesant entre 4 et 6 kg. A 22h posez le sac, réglez votre réveil à minuit et allez vous coucher. A minuit, relevez-vous et marchez à nouveau dans le salon avec le sac pendant une heure. Réglez le réveil à 3h… Impossible de fermer l’œil, bien sûr, alors relevez-vous à 2h et servez-vous un verre. Retournez au lit à 2h45. Quand le réveil sonne, un quart d’heure plus tard, debout ! Chantez des berceuses dans le noir jusqu’à 4h. Réglez le réveil à 5h. Levez-vous, préparez le petit déjeuner. Maintenez ce rythme pendant 5 ans… dans la joie et la bonne humeur !

3. Évidez un melon et percez dans la peau un petit trou de la taille d’une balle de golf. Suspendez-le au plafond avec une ficelle et faites-le balancer de gauche à droite. Prenez un bol de bouillie, bien liquide, et essayez de « nourrir » le melon toujours en mouvement, en jouant à l’avion – :-))) – avec une cuillère. Continuez jusqu’à ce que le bol soit à moitié vide ; versez le reste… sur vos genoux… bravo ! Vous savez maintenant faire manger un bébé ! Pour avoir une idée de ce qui se passera lorsqu’il commencera à marcher, étaler de la confiture sur le canapé et sur les rideaux ; dissimuler un bâtonnet de poisson surgelé derrière la chaîne Hi-fi et laissez-le là un mois ou deux…

4. Habiller les tout-petits n’est pas une partie de plaisir. Commencez donc par acheter une pieuvre et un filet à provisions : essayez de glisser la pieuvre dans le filet sans qu’aucune tentacule ne dépasse… temps prévu : la matinée …

5. Dites adieu à votre cabriolet au profit d’un break. Mais n’espérez pas garder la voiture propre et étincelante comme au premier jour. Les familiales ne sont jamais propres et étincelantes. Achetez donc une glace à la vanille et oubliez-la dans la boite à gants. Puis enfoncez une pièce de cinq francs dans le lecteur de CD ou de cassettes. Écrasez un paquet entier – familial, bien sûr – de biscuits au chocolat sur les sièges arrière. Enfin, rayez chaque côté du véhicule à l’aide d’un râteau. Là … parfait !

6. Préparez-vous à sortir. Attendez une demi-heure à la porte des toilettes. Sortez de chez vous. Rentrez. Ressortez. Re-rentrez. Ressortez et dirigez-vous vers la voiture. Revenez sur vos pas. Puis allez à nouveau jusqu’à la voiture. Marchez sur le trottoir très lentement pendant cinq minutes. Inspectez minutieusement le moindre mégot de cigarette, bout de chewing-gum, mouchoir en papier, insecte mort, etc…

Refaites le même chemin en sens inverse. Vous n’en pouvez plus d’attendre ? Criez-le jusqu’à ce que vos voisins viennent tous à la fenêtre. Très bien : désormais, vous savez ce que c’est de partir en promenade avec le petit …

7. Allez au supermarché en emmenant ce qui se rapproche le plus d’un enfant en bas âge – une chèvre adulte, de préférence – Si vous avez l’intention d’avoir plusieurs enfants, prenez plusieurs chèvres. Faites vos courses sans les perdre de vue et payez tout ce qu’elles auront cassé ou dévoré…

8. Apprenez le nom de tous les héros favoris des enfants. Le jour où vous vous surprendrez à chanter une chanson des Minikeums dans votre bain, c’est bon, vous aurez gagné votre titre de parent !

9. Répétez tout ce que vous dites au moins cinq fois.

10. Une dernière recommandation : avant de faire des enfants, allez voir tout d’abord des amis qui en ont déjà. Critiquez abondamment leur méthode d’éducation, leur manque de patience ou d’autorité. Permettez-vous aussi de donner des conseils sur l’heure du coucher, le pot, les bonnes manières à table, etc.. En un mot, aidez-les à résoudre leurs problèmes, et profitez-en bien : c’est la dernière fois de votre vie que vous détiendrez les solutions.

Auteur Inconnu